Toponymie PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Jeudi, 03 Mars 2011 20:47

L'origine du nom du village

Le nom de Fossé vient du mot latin fossetum, qui indique un travail défensif antique ou un fossé bordant une demeure seigneuriale (les douves) ou bien également un fossé hydraulique. Le nom connut de nombreuses évolutions dans le temps : Faussé, Fossez, Fossés.

Il n'existe que deux communes portant le nom de Fossé : la nôtre et un village situé dans le département des Ardennes près de Buzancy (08).

 

les noms des rues ou des lieux dits attestent de la présence actuelle ou ancienne :

Des fleurs ou des arbres

tels que . Acacias, cèdres, jonquilles, noyers, pervenches,  saules, tilleuls, vigne,…..

-Rue des Morelles

Dans la zone Euro Val de Loire, ce nom rappelle la présence dans les champs avant l’implantation de la zone de cette plante toxique adventice de la famille des solanacées qui pousse en abondance dans les cultures.

-Rue de la Vallée aux fleurs

La rue va dans la direction de la vallée de la Cisse à un endroit où, en 1972 lors de la construction de l’autoroute A10, des fouilles ont révélé la présence d’un village néolithique vieux de 6 400 ans environ. La présence de nombreux pollens fossiles lui a donné le nom de Vallée aux fleurs. Les fouilles de sauvetage terminées, les travaux ont recouvert le site

Source : Un village néolithique : Fossé Loir et Cher, Jackie DESPRIEE, éditée par le CDDPdu Loir et Cher)

Un patrimoine agricole

-Rue du Clos Thomas, Clos Meslier, Clos de la Touche

La vigne était cultivée dans des ‘clos’ sur le territoire de Fossé. Ces rues rappellent leur emplacement et le nom de leurs propriétaires. Les dernières vignes furent arrachées au lieu-dit Le Fourneau en 1999.

-Rue de la Piéce

La pièce fait référence au terrain qui la jouxte. Il était de proportion remarquable parmi des parcelles plus petites que le remembrement a regroupées.

-Sente de la Noue

Une noue est un léger fossé permettant de drainer les eaux pluviales.

-Chemin de Brûlé qui mène au lieu-dit : Les Brûlés

Fait-il référence aux brûlis réalisés pour enrichir les sols, se débarrasser des bouts de bois non exploitables ou à un incendie important ?

-Rue du Bas Plessis, du Haut Plessis

La technique du plessis était utilisée à la période médiévale pour clore des jardins ou de petites surfaces de culture et les protéger ainsi des sangliers et des chevreuils ou des vents dominants. Elle consiste à empiler des gaules( le plus souvent en châtaignier ou acacia, bois dur et résistant dans le temps) de façon horizontale en les entrecroisant avec des piquets verticaux enfoncés en terre, tous les 50 cm à peu prés.

-Rue de la Touche

Le lieu-dit qui a donné son nom à la rue devait être boisé.Un eTouche est un ancien terme pour désigner un terrain boisé.

 

du relief du territoire

a déterminé les appellations des lieux-dits et par extension de leurs rues

Fossé se situe aux confins de la Beauce, région plate par excellence, mais il y a quelques hauteurs qui ont laissé leur nom aux lieux-dits : Le Tertre, Les Hauts de Fossé, Beaumont.

Cette situation plus élevée et qui dominait la vallée de la Cisse a permis l’installation d’une enceinte fortifiée, disparue à ce jour : Audun et de ses Courtines.

Dun en gaulois signifie enceinte fortifiée. Des villas gallo-romaines et des enclos quadrangulaires ont été repérés à Audun. Ces grandes fermes étaient de forme rectangulaire afin de se protéger des invasions possibles.

Les courtines sont des murs de protection élevés entre les tours de défenses. A moins que ce ne soit une déformation de courtils qui désignent des jardins.

Allez vérifier par vous-même la vue que vous avez à Beauregard et l’air que vous respirez à Bel Air !

-Le Chemin des Enfers, devenu Rue des Acacias ne menait pas aux Enfers mais tout simplement en bas dans la vallée. Ce mot vient du latin inferno : en bas.

Par opposition un lieu-dit attenant est nommé le Paradis.

 

d'un patrimoine vernaculaire

-impasse des puits

Il ya sur la commune une dizaine de puits qui alimentait en eau une ou parfois plusieurs habitations.

-Impasse des Gouffres

L’impasse mènerait vers des souterrains qui partaient du château vers les métairies. Ces souterrains sont effondrés.

-Rue de la Fontaine

Une des nombreuses sources de Fossé affleure à flanc du coteau du Val de Cisse. En partie busée, son débit est très irrégulier et dépend de la hauteur de la nappe de Beauce et de la pluviométrie.

-Rue du Pigeonnier

Situé dans une ferme du hameau de Vilaine, c’est un très beau pigeonnier de 500 boulins ou nichoirs. (ce pigeonnier ne se visite pas, c’est une propriété privée)

-Le Fourneau

Sur la RD 957, au lieu dit le Fourneau, une grande bâtisse attire l’attention. C’est là qu’était située une tuilerie au 19ème siècle. Cette tuilerie appartenait de 1866 à 1873 à Mr Jacques Martial Delachartre*, chaufournier, associé à son beau-frére Mr Couasmet, tuilier.

 

d' événements historiques

-Rue de Mme de Staël

En 1810, Mme de Staël est éloignée de Paris par l’empereur Napoléon 1er . D’abord accueillie à Chaumont sur Loire, elle est hébergée pour un mois au château des de SALABERRY.

-Impasse Santos Dumont

En avril 1907, Fossé entre dans l’histoire de l’aéronautique. L’énorme ballon de Santos-Dumont et de ses 9 compagnons se pose sur la commune.

-Rue des Fours

Prés de l’ancienne gare Fossé-Marolles, s'élevaient des fours à pain à partir de 1940 qui devaient servir à alimenter les troupes des occupants. Il n'en reste aujourd'hui que des blocs de maçonnerie au milieu du champ. Ces fours n'ont pas servi longtemps au vu de l'évolution historique. Des tranchées ainsi que l'installation de mitrailleuses au niveau de ces fours avaient été prévues par l'occupant.

-Rue de la Justice :

Un enclos quadrangulaire a été repéré dans l’espace compris entre le Château d’eau et la rue de la Justice. Peut-être le seigneur y rendait-il justice ?

Cet inventaire n’est pas exhaustif ; il a été fait à partir de quelques recherches ou de lectures. Si vous pouvez le corriger ou le compléter, n’hésitez pas à contacter la commission communication en mairie.

 

Bibliographie :

Un village néolithique : Fossé Loir et Cher, Jackie DESPRIEE  éditée par le CDDP du Loir et Cher.

Fossé dans l’histoire, Raymond Brie, disponible en mairie

Bulletin Vallée de la Cisse n°20, Les lieux-dits dans la vallée de Cisse Daniel Dubois

Bulletin  n° 2 avril juin 1999 du GRAHS (Groupe de Recherches Archéologiques et Historiques de Sologne), 6 rue de la poste 41600 Lamotte-Beuvron.

Glossaire des  parlers d’Eure et Loir, Beauce et Perche, Société archéologique d’Eure et Loir, 1 rue Jehan Pocquet 28000 Chartres.

Une histoire de la Beauce, Michel AUDOUIN, C.L.D 42 avenue des Platanes 37170 Chambray lès Tours

Mise à jour le Lundi, 30 Avril 2012 13:44
 


Animé par Joomla!. Designed by: top hosting company base vps Valid XHTML and CSS.